Image default
Business / B2B

Êtes-vous à l’abri d’un référencement négatif ?

Déréférencement, diffamations sur les forums, faux avis de consommateurs, attaque sur l’hébergement… Avec la démocratisation du web, les dirigeants doivent être particulièrement attentifs à la réputation et à la sécurité de leurs activités sur internet. Car aujourd’hui, chaque internaute a la possibilité d’impacter négativement une marque, un produit ou un service. Alors, comment se prémunir d’un référencement négatif et comment se défendre contre de telles attaques ?

A l’heure du web participatif, les espaces ne manquent pas aux internautes pour écrire leur colère et empoisonner les efforts marketing des entreprises. Les moins scrupuleux d’entre-eux allant même jusqu’à attaquer directement votre site. Voici donc quelques conseils qui vous permettront de faire face à cette nouvelle menace.

Après tout, certains de vos clients sont peut-être mécontents… Et vos concurrents…, y avez-vous pensé ?

N°1 : le b-a ba de la sécurité de votre système.

Un premier niveau de protection doit être assuré par une protection fiable contre les virus et logiciels espions. Cela suppose une veille constante pour mettre à jour vos outils, tant sur le serveur que sur les postes de vos collaborateurs. La messagerie électronique doit également être protégée efficacement et faire l’objet d’une attention spécifique. Enfin, les accès aux outils d’administration électronique nécessitent des mesures de restriction.

Internet est stratégique pour votre activité ? Investissez dans les services d’un administrateur système qui sécurisera votre structure et interviendra rapidement et efficacement en cas d’attaques.

N°2 : publiez régulièrement du contenu.

Les contenus constituent la base même du référencement. Prenez donc l’habitude de publier régulièrement des contenus. Par exemple, prenez le temps de collecter les informations générés par votre activité comme les rapports et les enquêtes internes, les réalisations pour vos clients, les résumés d’activité. Produisez ainsi différentes formes de contenus (écrits, audios, vidéos). La production de ces contenus augmentera la valeur perçue de votre entreprise si vous décidez d’en faire une de vos activités stratégiques à part entière !

Un blog d’entreprise, par exemple, est une action rapide à mettre en œuvre. Il canalisera une partie du trafic des moteurs de recherche pour le rediriger vers les pages constituant vos objectifs (achat, inscription à la newsletter, demande de devis…).

N°3 : développez votre présence en ligne.

On commence en général avec une page Facebook puis un compte twitter mais il existe des dizaines de possibilités pour truster les premières places sur les moteurs de recherche. En définissant à l’avance vos objectifs (notoriété, développement du réseau, ventes, image…), vous sélectionnerez plus facilement vos outils en ligne.

Avez-vous notamment pensé à Slideshare, Google+, LinkedIn, Viadeo, Youtube, tumblr et les autres ?

N°4 : faites un maillage de liens

Maintenant que vous possédez un site, un blog d’entreprise et plusieurs profils sur les réseaux sociaux, il est temps de lier le tout. Indiquez l’url de votre site et de votre blog sur l’ensemble de vos profils.

N°5 : obtenez des liens vers votre site.

Si vous possédez peu de liens entrants vers votre site vous êtes vulnérables au référencement négatif. Il est possible de créer artificiellement des liens de sites douteux vers votre site et ainsi détruire votre notoriété. Pour y remédier, rapprochez-vous de votre marché-cible, des blogueurs, des contributeurs et faites-vous connaître !

Vous pouvez participer à des groupes sur LinkedIn, publier sur twitter, contribuer sur les pages Facebook, poster des commentaires pertinents sur les blogs de votre industrie, publier sur d’autres sites en tant qu’invité. Cette technique de diffusion de contenus et de liens, vous permettra de remonter dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Un exemple à suivre : Aidez-vous de l’outil Google Webmasters Tools pour suivre l’évolution de votre netlinking et détecter une augmentation anormale de nombres de liens de entrants de mauvaise qualité. En cas de problème, vous serez de toutes façons prévenu par Google. Il vous faudra alors renier ces liens entrants.

N°6 : lutter contre les contenus dupliqués.

Un contenu dupliqué est un bloc de contenu qui se retrouve de manière similaire ou sensiblement similaire à plusieurs endroits sur le web. Le fait de copier-coller l’une de vos pages par exemple et de la publier ailleurs sur le web est une attaque via contenus dupliqués. Le trafic de cette page chutera alors de 95%. Plus votre site aura de l’autorité sur le web et moins vous aurez à vous soucier du duplicate content (si vous n’êtes pas vous même copieur !). En attendant, en cas de problème, analyser chacune des phrases de votre texte en la tapant entre guillemets sur Google et ré-écrivez le contenu que l’on vous a volé afin qu’il redevienne unique.

Pour vous aider à faire un peu de nettoyage sur votre site, je vous conseille l’utilisation de Copyscape, l’outil de détection de duplicate content.

N°7 : se protéger contre les injections malicieuses.

Vous permettez à vos utilisateurs de publier des commentaires sur votre site ? Très bonne chose. Encore faut-il que votre outil en ligne soit sécurisé. En effet, l’injection dans votre base de données d’un code ou d’un script dans les commentaires, constitue une attaque courante. Sécurisez donc au maximum vos formulaires ou demandez à vos développeurs de le faire. Si vous avez développé votre site vous-même, renseignez-vous sur les meilleures pratiques. Globalement, partez toujours du principe que si vous permettez aux internautes d’envoyer des informations, il y a un risque en terme de référencement négatif (contenu destiné à un public adulte, insertions de liens invisibles, spams en tout genre).

Sachez que si vous utilisez un CMS tel WordPress, il existe de nombreux plugins disponibles et très efficaces.

N°8 : l’action en justice.

Certaines sociétés de référencement proposent désormais des services de déréférencement. L’étape amiable étant de contacter les auteurs et de leur demander la suppression du contenu. Vous pouvez même vous en occupez vous-même. Mais si après tous vos efforts quelqu’un cherche à vous nuire délibérément sur le web, vous pouvez intenter une action en justice. Il existe aujourd’hui des avocats spécialisés dans la gestion de la réputation sur internet. J’ai notamment trouvé via Google, Maître Cordelier.

Que retenir sur le référencement négatif ?

– Les dirigeants doivent aujourd’hui gérer la e-reputation et la sécurité de leur business.
– Protégez votre infrastructure en ligne, vos postes et votre messagerie contre les virus et logiciels espions.
– Faite appel à un administrateur réseau professionnel pour vous aider à sécuriser votre activité.
– Travaillez constamment votre référencement : le contenu, la création de liens et développez votre présence en ligne via les réseaux sociaux.
– Lutter contre les contenus dupliqués en ré-écrivant vos textes si besoin. Ne soyez pas vous-même un copieur !
– Attention aux contenus malicieux injectés sur votre site via les commentaires et aux faux liens vers votre site qui détruisent votre notoriété.
– Sachez qu’il existe des sociétés spécialisées dans le déréférencement ainsi que des avocats spécialisés dans la gestion de la réputation sur internet.

Related posts

Comment aménager vos locaux professionnels pour garantir le confort de vos collaborateurs ?

administrateur